Mathias Dzon a-t-il perdu la tête?

2 années déjà
5274 Lectures
meeting-opposition3-1

Mathias Dzon (président de l’UPRN) a claqué la porte de la convention de l’opposition à Brazzaville où la plateforme IDC-Frocad discute de la ligne à tenir face à la perspective imposée par le pouvoir de la prochaine élection présidentielle le 20 mars.

Face à l’échéance fixée pour les élections anticipées par le chef de l’État au 20 mars prochain, les partis de l’opposition congolaise cherchent à harmoniser leurs positions.

La plateforme de l’opposition IDC-Frocad s’est réunie à Brazzaville, ce second week-end de janvier, pour prendre une position collective sur l’échéance présidentielle.

Manifestement, deux lignes politiques s’affrontent. Feront-elles la synthèse ?

Mathias Dzon (président de l’UPRN) s’est exclu de cette concertation et déclare à ce propos que c’est « de l’amusement » sachant que le pouvoir en place n’a jamais organisé d’élections démocratiques transparentes. Il prône donc la non-participation de l’opposition aux élections.

Dans un entretien donné sur ZianaTV le 9 janvier 2016, Mathias Dzon déclare qu’il ne participera pas aux élections dès lors que le peuple a massivement boycotté le référendum d’octobre dernier qui visait d’une part à autoriser le Président à exercer un troisième mandat, de l’autre à entériner le principe d’impunité du chef de l’État (selon l’article 96 de la Constitution du 6 Novembre 2015, « aucune poursuite pour des faits qualifiés crime ou délit […] ne peut plus être exercée contre le président de la République après la cessation de ses fonctions »).

Selon lui donc, la position définitive de l’opposition est indiscutable : aucun crédit ne doit être accordé à Denis Sassou-Nguesso : « L’opposition ne doit pas aller à ces élections […] il n’y a pas d’autres solutions ».

Quant à Clément Miérassa, autre ténor de l’opposition, il semble avoir disparu de la circulation et ne participe pas aux travaux de la convention, pour des raisons personnelles, dit-on sur place. Mais on peut s’interroger sur les raisons de cette désertion. Affaire à suivre.

L’opposition congolaise parviendra-t-elle à parler d’une seule et même voix ?

Gobrazza.com