Brazzaville! Les syndats des commerçants s’insurgent contre le harcèlement des agents contrôleurs du ministère du commerce.

1 mois déjà
242 Lectures
WhatsApp Image 2018-09-03 at 14.34.58

Une fois de plus le ministère du commerce et de la consommation est sur la sellette. Dans plus de quatre de ses articles gobrazza n’ a cessé d’attirer l’attention de l’opinion sur des pratiques peu recommandables faites de pression injustifiée, harcèlement et de ranconnage des commercants par les agents contrôleurs du ministère du commerce.

Cette fois ci les syndicats des commercants excédés par le harcèlement et ranconnage organisés de ces agents, ont décidé de donner de la voie pour protester et dénoncer ces pratiques devenues reccurentes. Malheureusement le produit de ces fameux contrôles ne prend pas le chemin des caisses du trésor public.
A l’issue de leur assemblée générale du 1er septembre, ils ont entre autre décidé de ne plus répondre à aucune convocation suivi d’intimidation, tant que ce n’est pas conforme à la réglementation. 
Décidément l’arrivée  à la tête de ce ministère de Claude Alphonse Nsilou ne profite pas à une bonne politique des approvisionnements et de la consommation.
Dans un courier adressé au directeur général du commerce, les syndicats des   commercants épinglent  les griefs qu’ ils reprochent au ministère du commerce,  notamment: convocations intempestives, intimidations, saisies fantaisistes et falacieuses, disparition mystérieuses des saisies ( congélateurs, téléphones portables dernière générations, propos xénophobes envers les commercants étrangers, trafic d’influence, abus d’autorité.
Comment comprendre qu’en ces temps de crise, ce ministère ait procédé à  la fermeture de 6403 boutiques, tuant ainsi la poule aux oeufs d’or.
En effet, tout est fait pour suicider les commercants eux- mêmes frappés de plein fouet par la crise.
En fait, c’est un racket organisé au niveau de ce ministère.  C’ est tout ce département ministériel  qui a mis en place un système mafieux, sous l’impulsion de leur tutelle ou de la nébuleuse créée autour. La  dame directrice départementale n’est que  celle qui tient le produit du racket.
WhatsApp Image 2018-09-03 at 14.34.57
Selon le temoignage des commercants victimes au quotidien de ces ranconnages, c’est tout le ministère du commerce qui tire profit de cette mafia. Le premier bénéficiaire est le chef du département, puis tout l’ organigramme jusqu’ aux agents qui se trouvent sur le marché et qui constituent les fourmies travailleuses chargées de tondre les commercants jusqu’ à épuisement total.
Sinon comment comprendre que malgré les plaintes, les démonstrations du caractère faux et illegal de ces prélèvements intempestifs, les recadrages du chef du gouvernement, ces methodes cavalières ne cessent pas?
C’est une pratique et une constance à ce ministère où l’on se fait du sucre sur le dos des commercants, mais malheureusement, les vaches sont maigres partout et le moindre dérapage ou ranconnage a une repercution immédiate.
 
Pour illustration, sous l’exercice de la nouvelle espérance, le chef de ce département ministériel  avait  mis en place un système maléfique tendant à  la manipulation à des hauteurs stratosphériques du prix du ciment.
En effet,  il consistait à  s’entendre avec les chinois de Sonoc au moment où le marché du ciment n’ était pas ouvert à la concurrence, pour ne vendre le ciment qu à une poignée de grossistes véreux, qui s’empressaient de revendre le sac de ciment à un prix indécent.  Au passage, les agents du commerce recuperaient 2000 frs sur chaque sac. Aujourd’hui, le sac de ciment coûte 3000frs à la grande satisfaction des consommateurs.
Malgré les recadrages fait par le premier ministre pour remettre les équilibres dans ce domaine, « qui a bu boira », le ministère du commerce persiste et signe dans la persécution, la traque, la chasse rangée aux commerçants, perturbant ainsi tous les équilibres du marché, au contraire de sa mission première.
On remarque une fluctuation des prix des denrées sur le marché ces derniers temps, où un produit peut changer de prix toutes les semaines à cause de ces comportements véreux.
La paix est aussi sociale et économique.
Tant que le ministère du commerce va ainsi se comporter, les commerçants répercuteront tout ce qu’ils perdent inutilement, sur les prix des marchandises, au detriment des consommateurs.
Eteya biso!
Gobrazza.com