LE CHU DE BRAZZAVILLE  DE NOUVEAU SUR LA SELLETTE 

2 mois déjà
786 Lectures
Screen Shot 2017-09-01 at 3.13.31 PM

Un fait aussi curieux qu’ incompréhensible défraie la chronique ces derniers temps au CHU, provoquant même des menaces de grève dans un établissement fragilisé par des retards de salaire et des prestations médiocres. Que s’ est t- il réellement passé dans la nuit du dimanche à lundi au CHUB?

En effet, le Dr Ngakosso l’ un des rares neurochirurgien que possède cet hôpital voulant aider un patient visiblement démuni s’ est rendu auprès de

l’ administrateur de garde pour commencer la prise en charge de ce malade comme le veut la procédure au CHU.

A sa grande surprise, l’administrateur qui prétend connaître tous les agents et médecins du CHU ne s’est même pas intéressé à la préoccupation du jeune médecin. Il s’est plutôt activé à le nier et à le suspecter comme un voleur.

Aussitôt il a fait venir l’équipe de police de garde laquelle sans aucune autre forme de procès a passé à tabac, molestant sérieusement le médecin.

Screen Shot 2017-09-01 at 3.11.20 PM

L’ infortuné qui a été retrouvé jeté en petite culotte au sous sol de l’établissement s’ en est tiré avec une incapacité de travail de plus de 21 jours.

Choqué par cette humiliation et cet acte incompréhensible, le personnel du CHU notamment les médecins se sont mobilisés pour dénoncer et condamner le dit acte, demander réparation du préjudice et des sanctions contre les auteurs des faits.

Comme ci ce n’était pas assez de barbarie, les médecins dans leur colère ont à leur tour, le lendemain de l’ odieux acte,  molesté un policier qui était en  charge de la sécurité du Directeur Général du CHU.

A ce jour, on en est là.

Cette situation  révèle l’échec, l’ évanouissement des valeurs sociales, la faiblesse ou l’ absence de formation et de professionnalisme tant pour les agents du CHU que pour les policiers en service dans cet établissement. 

Screen Shot 2017-09-01 at 3.11.59 PM

De même, la faiblesse de l’ organisation et de la prise en main du personnel dans cet établissement.

– le médecin aussi généreux qu’ il soit n’ avait pas à se déplacer seul pour une prise en charge de malade visiblement indigent.

– l’administrateur ne peut prétendre connaître tous les agents, c’ est de l’empirisme. Un système d’ identification (badge) aurait épargné tout le monde de cet acte odieux.

Plus est, le médecin étant en blouse, c’était suffisant pour procéder à une simple vérification dans le service concerné.

– le comportement des policiers ne correspond à aucune forme procédurale, à aucun geste technique professionnel de police.

Screen Shot 2017-09-01 at 3.10.41 PM

De façon élémentaire, une interpellation à laquelle, vu la situation l’ infortuné médecin n’aurait pas refusé d’obtempérer, suivi d’une simple audition et vérification dans le service concerné,  aurait suffi à élucider cette affaire.

Mais, cette frange de policier de misère au qui au lieu d’ assurer le bon ordre se contente dans des missions de service rétribué pour se réduire à des gardes statiques où le zèle sinon l’ ignorance les pousse à commettre des agressions gratuites en mettant l’ huile sur le feu, au contraire de leur mission première de protection des citoyens et de respect de la loi.

Les médecins qui ne sont pas non plus exempts  de tous soupçons quand aux traitements qu’ ils réservent aux patients, se sont crus de leur devoir de se faire justice en agressant à leur tour un fonctionnaire dépositaire de la puissance publique.

Screen Shot 2017-09-01 at 3.10.08 PM

Comment ont- ils pu, en dépit  du serment d’Hippocrate, descendre de leur piédestal pour se compromettre dans des attitudes bestiales à l’instar de cette vermine mais marginale race de policier, sachant que nul ne peut se faire justice, et que cette spirale de violence n’ arrange rien?

En tout état de cause, toutes ces attitudes répréhensibles imputables à l’ administrateur de garde, aux policiers de service et aux médecins voyous doivent être réprimées conformément à la loi pour servir d’exemple. Nul ne peut se prévaloir de  ses propres turpitudes.

Madame Jacky Mikolo Kinzonzi, votre autorité est interpellée, prenez vos responsabilités.

Eteya biso!

Gobrazza.com