CONGO-B! LES REGIES FINANCIERES, LE MINISTERE DU COMMERCE RAMENT A CONTRE COURANT DE L’ ECONOMIE NATIONALE.

3 semaines déjà
1544 Lectures
WhatsApp Image 2018-04-03 at 20.10.04

Depuis plus d’une année, gobrazza  ne cesse d’alerter l’opinion sur la guerilla fiscalo- douanière que l’administration mène sur le tissu économique national.

Le président de la République n’a pas demandé aux régies financières de tuer la poule aux oeufs d’or ou d’axphixier le marché.

Les opérateurs économiques savent que le parcours économique est fait de cycles, de croissance et de crises. L’ Etat a le devoir de jouer le rôle d’amortisseur au moment de la crise et non d’ajouter la crise à la crise pendant que les opérateurs se débattent simplement pour survivre.

Cette pression fiscale et para-fiscale, à outrance, a eu pour effet de précipiter de nombreuses sociétés vers la faillite sur la place de Pointe- Noire.

La  loi de finances 2018 est, en matière de prévisions de recettes fiscales, pleine de promesses irréalisables, qu’ on a fait miroiter au chef de l’État.

La grève des commercants de Pointe-Noire est venu du fait que l’ Etat s’est  contredit de manière flagrante:

On ne peut pas demander à tous les débrouillards de tenir une comptabilité, même, une mini- comptabilité, ceci pour les taxer sur le chiffre d’affaire qui n’est rien d’autre que leur fond de commerce.

Cette mesure est sans nul doute bonne pour l’avenir. Ceci permettra de mieux controler la masse monétaire et de juguler l’evasion fiscale afin de maximiser les recettes de l’État. Mais elle est hasardeuse, voire porteuse de germe de tension sociales et économiques en temps de crise.

L’ Etat peut faire davantage de recettes, mais l’evasion fiscale visiblement importante dans le pays est avant tout le fait des circuits mafieux dans les régies financières et autres. C’est ce qu’il faut préalablement combattre.

Au demeurant, la loi reconnaît l’Informel.

L’ État ne peut pas  embaucher tout le monde,  en économie du marché ce n’ est pas d’ailleurs sa vocation.

L’ État sait pertinemment  que le climat des affaires, la complexité administrative et réglementaires, la conjoncture ne permettent pas à la majorité des opérateurs de s’en sortir.

Selon Unicongo le syndicat patronal, le chiffre d’affaire des sociétés ne fait que décroître depuis 2015. Si cette décroissance était de 30% en 2016, à ce jour, elle a dépassé les 40%.

L’État reconnaît le secteur informel, ce qui d’ailleurs est en phase avec les principes généraux de l’économie.

WhatsApp Image 2018-04-03 at 20.10.04 copy

C’est également pour cela qu’ au niveau de la direction des impôts, on taxe différemment les sociétés, qui doivent tenir une comptabilité, et les petites structures qui sont plus ou moins dans l’informel, qui elles sont taxées en tant qu’établissements, forfaitairement.

Autrement dit, si l’Etat doit ainsi agir,  la loi de finances 2018 supprime donc de fait la notion d’informel , en obligeant tout le monde à tenir une

Comptabilité et à la faire valider trimestriellement par le divisionnaire  (impôts ) de la zone.

Cette démarche est suicidaire en ces temps de crise. Procéder ainsi, serait nier les réalités du Congo en ces temps de turbulence.

Au lieu de corriger au fur et à mesure ces contradictions conjoncturelles afin de réaliser un équilibre necessaire entre la capacité des opérateurs à s’acquitter de leurs obligations par un régime souple, et la nécessité pour l’Etat de renflouer ses caisses, le fisc congolais et le ministère du commerce s’entreprennent  à axphixier l’economie nationale, à suicider les opérateurs et à favoriser la flambée des prix sur le marché.

Les mesures tendant à interdire la vente des produits dont le libellé n’est pas en français procède de cette contreproductive démarche, car certains textes du ministre Nsilou sont également en contradiction avec les textes de la CEMAC et de l’OHADA.

Depuis toujours le marché mondial est dominé par l’anglais, devenue par la force des choses la langue commerciale par excellence.

Quelle est la part du français dans le commerce mondial?

Ce type de mesures sont non seulement dangereuses, mais elles dénotent d’une grave irresponsabilité et d’absence de vision pour le pays et le bien être des populations.

Eteya biso!

Gobrazza.com