Congo- Brazzaville! Pourquoi les pensions des retraités ne sont pas payées?

4 semaines déjà
1187 Lectures
20170925_123451 copy

Décidément les retraités congolais sont ils devenus des parias dans leur propre pays.

Pourtant finis les temps où on les pulvérisait  de gaz lacymogène pour le seul motif de s’être présenté au trésor public pour attendre leur pension.

Si les temps ont changé, la pillule cependant demeure amère. Ils ne sont toujours pas payés cette année depuis 9 mois dont 2 arriérés de 2016. Dans cette misère se retrouvent tous les pensionnés de la fonction publique y compris ceux de la force publique: du soldat au général.

Il faut rappeler que les instructions du chef de l’ État présentées comme des acquis sociaux relatives à la prise en charge automatique de la pension n’ont jamais été appliquées.

A ce jour, rien n’a changé et les retraités continuent de vivre leur calvaire.

Ainsi, faire valoir ses droits à  la retraite au lieu d’être un moment de bonheur pour en jouir, constitue désormais un motif de toutes les  angoisses.

En effet, le sort réservé par l’ État aux retraités placent nombreux d’entre eux dans un dénuement sans précédent, et il est parfois choquant de retrouver dans cette situation des cadres civils et militaires, qui ont rendu des services énormes à la nation, et ont travaillé honnêtement.

Ceux- ci devenus oisifs et quémendeurs pour survivre, passent leur temps à regretter ce qu’ils n’ont pas pu faire lorsqu ils étaient actifs.

Mais le drame est que dans l’ensemble, ils sont devenus tous vulnérables par le poids de l’âge et des maladies. Nombreux sont morts et d’autres sont dans une précarité sans précédent.

20170925_123512 copyL’essentiel étant des chefs de famille, ont l’échine courbée sous le poids des charges sociales.

La grogne est latente et larvée, même si personne n’ a envie de se retrouver dans des manifestations sociales de voie publique pour reclamer ses droits, il n’en est pas moins vrai qu’ ils attendent de saisir la moindre occasion pour manifester leur mecontentement selon l’adage qui dit, « on pense autrement dans les palais que dans les chaumières ».

Il n’y a pas très longtemps la CAisse des retraités (CRF ) était dirigée par un retraité qui aurait mal traité ou mieux, maltraité les retraités selon leur propre langage ainsi imagé.

Mais qu’est ce qui est donc à l’origine de cette situation?

Il apparaît que la cotisation sociale versée par l’ Etat non seulement ne prend pas en compte les nouveaux pensionnaires, elle est versée irrégulièrement et plus est la CRF y ponctionne son budget de fonctionnement. 

En effet, la CRF dispose d’un personnel payé sur ses propres fonds dont on ignore si les effectifs recrutés pèle mêle (environ 500) sont en adéquation avec les besoins.

Ces agents travaillent dans les agences de la CRF à Brazzaville et à l’intérieur du pays, pour repondre à la demande d’ une meilleure proximité entre l’administration et les pensionnés.

20170925_123258Cette situation crée necessairement un déficit et un déséquilibre budgetaire. Or la prise en compte budgétaire n’a pas suivi. Plus est, la CRF trainant cette situation, et pour essayer d’établir les équilibres a dû s’endetter auprès des banques en 2015 dont elle reste redevable à ce jour.

En réalité tant que l’ État ne versera pas régulièrement les cotisations sociales et voir même disposer à la CRF d’un budget complémentaire pour prendre en compte les nouveaux pensionnés et pour son fonctionnement, ce deficit et ce déséquilibre budgetaire demeurera au grand préjudice des retraités.

Le gouvernement est interpellé sur ce front social où la grogne est latente surtout chez les anciens de la force publique qui n’ attendent qu’une étincelle pour manifeter leur mécontentement.

Eteya biso!

Gobrazza.com