Crise du Pool, les questions qui fâchent!

3 semaines déjà
986 Lectures
20171004_112701

Dans une bienheureuse initiative de paix tendant à résorber la crise du Pool, les sages et notabilités du Pool se sont entrepris à rencontrer les autorités nationales.

Ce 03 octobre 2017, ils étaient chez la 1ere d’ entre elles, le Président de la République après avoir été chez les réligieux.

Il était temps qu’enfin une lueur d’ espoir  viennent éclaircir le ciel noirci du Pool.

Mais cependant des questions resteront posées.

– peut-on venir voir le médecin sans le malade?

– lorsque le président Sassou-Nguesso  accepte et instruit son gouvernement pour que des conditions  soient créées pour la sortie des jeunes gens égarés, enrôlés avec ou contre leur volonté dans les bandes armées, il pose exprès la question de savoir si l’on sait où ils sont.

Si l’on a bonne mémoire, il y a quelques mois, il demandait aux sages à travers leur comité de lui retrouver Ntoumi.

Cette fois est certainement la bonne, puisque  les sages sont de retour…

Mais peut- on éternellement organiser des dialogues, rituels sans réel impact durable sur la vie nationale?

IMG-20171004-WA0039

Au demeurant, il est bon de se rappeler que les  hommes politiques ont lavé les mains après la conférence nationale, les congolais ont retenu la célèbre phrase de feu Thystère Tchicaya à la conférence nationale  « plus jamais ça ». Mais celle ci a encore été vécue comme un slogan et les congolais se sont de nouveau déchirés dans des guerres fratricides dix ans durant comme l’a souligné  le président Sassou.

– y a- il de forêt dans le Pool où un ou des individus peuvent indéfiniment se cacher?

– pourquoi cette initiative n’ arrive que maintenant, un an après le début de la traque des bandits armés et leur gourou Ntoumi

fallait – il tant de morts, tant de sacrifices humains  et tant de désastre pour se resoudre enfin à negocier pour la paix?

– fallait- il que les paisibles  populations du Pool qui vivent de leur travail, qui alimentaient les villes en vivres, fuits légumes et autres perdent tout et soient réduites à errer dans les forêts, pour que l’on se resolve à susciter et privilégier le dialogue?

– fallait- il attendre que tous les ponts du cfco dans le Pool soient détruits et que les cheminots qui sont nombreux des ressortissants des localités du Pool boivent la cigu jusqu’à la lie et poursuivent une vie de calvaire pour

qu’ un sursaut d’orgueil habite les sages du Pool?

– les artificiers ouvriers de la route lourde qui ont aidé à faire exploser les ponts, lesquels auraient pu être employés pour le cantonage villageois et autres services autour de la route ne sont pas des extra terrestres, pourtant personne ne les a dénoncé

– peut- on tirer d’un trait sur tous les crimes, les turpitudes, les exactions commis par les bandes armées et que tout le monde s’ en tire sans aucun compte?

IMG-20170524-WA0050

Pour rappel, lorsqu’en 2010, le gouvernement organise l’opération Kimia pour restaurer l’autorité de l’État dans certaines zones réputées alors de non droit dans le Pool, celle-ci a connu un succès par le motif déterminant de la collaboration des populations.

La force publique n’ interpellait que les personnes auteurs de crime dénoncées par les villageois,  les individus qui portaient des armes de guerre, au point où certains ex- miliciens jouaient au jeu de cacher dans les bosquets leurs armes et venaient parader dans les villages sans être inquiétés, tant qu’ils n’avaient pas physiquement troublé l’ordre.

Dans cette affaire, comment le gouvernement avait-il laissé le Ministre délégué chargé de la réparation des sequelles de guerre monsieur Bintsamou Frédéric déserter son poste de travail, mais continuant à toucher ses émoluments, organisant visiblement ses miliciens au nez et à la barbe de tous pour surprendre par une attaque les Brazzavillois le 4 avril 2016 et poursuivre leurs exactions dans le Pool jusqu à ce jour.

L’ opinion a bien vu des corps des militaires brandis par les bandes armées  relayés sur les reseaux sociaux, des ambulances avec des malades fusillées et brûlées dans une cruauté sans précédent, des ponts dynamités, des bus et autres véhicules paralysés, brûlés et revendiqués.

Que faut- il encore pour illustrer l’activisme des bandes armées dans le Pool?

Comment comprendre que la force publique très investie sur le terrain des opérations peine à restaurer le climat de paix et de sécurité dans une partie du Pool assez  circonscrite où sont actives les bandes armées de Ntoumi et à l’ interpeller lui- même pour trouble à l’ ordre grave suivi de crime.?

Le peuple congolais dans son ensemble a besoin de paix véritable sur toute l’etendue du territoire national. Le cfco, la route lourde n’ appartiennent pas à Sassou-Nguesso.

IMG-20161112-WA0014

Les présidents Youlou, Massamba Débat, Marien Ngouabi, Yhombi Opango, Lissouba ont connu, ont laissé le cfco qui est un bien national et autrefois fierté sous régionale. Le Pool est vital pour le pays, parceque ses routes y passent  (cfco, route lourde), leur handicap fait tousser l’ économie nationale mise à mal par la crise.

Les congolais ne croient plus aux rituels de paix, dialogue politique et autres concertations  pour avoir été longtemps abusé et souffert des suites.

Si cette initiative à  laquelle d’ ailleurs le président Sassou a tout de suite adhéré en signifiant qu’il y en a d’autres sur lesquels certains de ses collaborateurs sur ses instructions travaillent déjà,  Il faut plus que cette nouvelle initiative de paix pour rassurer le peuple, les populations du Pool durement touchées dans leur chair, les partenaires du Congo.

Eteya biso!

Gobrazza.com