Danger sur le marché congolais! Le prix du pain est menacé de hausse.

3 semaines déjà
151 Lectures
1wert
Ce qui se passe actuellement sur le marché est très inquiétant pour les consommateurs et pour la société congolaise  dans son ensemble.
Le pain de 75 et 100 frs risque de disparaître littéralement. En effet, on ne sait pas trop pourquoi, les prix des denrées alimentaires ont connu une hausse vertigineuse ces derniers temps.
Pour illustration, le sac de farine est passé de 13000 à 19000 frs,  le carton de sardine de 14000 à 17500frs.
 A ce rythme le prix du pain, ainsi que des begnets et  autres produits fait à base de farine, va nécessairement augmenter, avec ses effets sur la bourse des parents. En plus la rentrée scolaire approche à grands pas. Cette nouvelle charge s’ajoutera au sempiternel problème de transport pour constituer un coktail difficile à digérer.
2dfgh
Dans le secteur hors alimentation, si le gouvernement  a pu pour le moment maintenir aux prix actuels les lubrifiants en raison des subventions qu’ endossent l’Etat, alors que la pression chez les marketeurs est très forte, le pays s’achemine  vers des grosses difficultés aux lourdes conséquences.
Partant, les prix des autres produits de première  nécessité vont flamber en ces temps où les ménages ont de plus en plus du mal à joindre les deux bouts du mois.
Que cachent les auteurs de ces mesures visiblement sulfureuses et nocives pour les ménages.
Pour ce qui concerne la farine, le syndicat des boulangers conduit par l’honorable Zoula a attiré l’attention du gouvernement par l’entremise  des départements ministeriels concernés, et prévenu sur les conséquences qui peuvent en découler. Il n’a visiblement pas été entendu. 
3cvbn
Que  visent alors toutes ces mesures à l’evidence impopulaires tendant à provoquer davantage de mécontentements dans un climat economico social national très morose? Pourqoui  n’interviennent-elles  qu’à ce moment où les populations sont atteintes de plein fouet dans leur qualité de vie.
Il est important de savoir que le panier de la ménagère s’est sérieusement amenuisé par les effets de la crise avec le pouvoir d’achat qui ne fait que dégringoler.
Cette situation interpelle les gouvernants à s’ informer davantage, à travers les départements concernés afin d’envisager des mesures tendant à la réguler pour anticiper les difficultés et leurs conséquences à venir, surtout en ce qui concerne la farine.
Eteya biso!
Gobrazza.com