27e sommet de l’UA, Sassou-Nguesso va-t-en-guerre contre le trafic illicite des médicaments contrefaits

1 année déjà
1190 Lectures
IMG-20160717-WA0006

Participant au 27e sommet de l’UA qui s’ouvre ce dimanche 17 juillet à Kigali au Rwanda, le président Denis Sassou-Nguesso entend relever un défit de santé publique qui accable les peuples d’Afrique en particulier. 

En marge des autres questions à l’ordre du jour de ce sommet, Denis Sassou-Nguesso fera une communication sur le trafic illicite des médicaments contrefaits et produits dangereux à la santé.

Il a fondé sa conviction sur le constat selon lequel le continent africain est la première victime d’une action criminelle transnationale qui tue des centaines des milliers d’hommes, de femmes et enfants de ce continent.

Un crime contre l’humanité qui se développe à bas bruit dans une relative indifférence de la communauté internationale.

IMG-20160717-WA0003

Je n’accepte pas cette fatalité et je suis résolu à faire de ce combat une priorité politique, s’est engagé le président Sassou-Nguesso.

Il entend sensibiliser ses pairs africains, solliciter leur adhésion à ce projet et interpeller par la même occasion la communauté internationale à devoir se pencher sur cette question cruciale de santé publique.

Il a fortement la conviction que son initiative portera ses fruits au regard des enjeux et de l’impact des médicaments contrefaits et produits dangereux sur la santé mondiale.

Pour soutenir son projet et le rendre effectif, le président organisera en premier lieu la communauté nationale.

IMG-20160717-WA0002

Il instruira son premier ministre à l’effet de créer un haut- commissariat chargé de la répression du trafic illicite des médicaments contrefaits et des produits dangereux pour la santé à vocation interministérielle.

Ce département qui aura une action transversale sera chargé de mettre en oeuvre les orientations prises par le gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat.

Pour son fonctionnement, il disposera d’un appareil administratif, un conseil d’orientation. Il sera épaulé dans l’exercice de ses missions par un Institut qui pourra faire référence aux sachants, aux personnalités tant universitaire, politique, de la société civile que des organisations non gouvernementales.

Le président souhaite engager dans ce noble combat la communauté nationale dans sa diversité et ses différences pour lutter contre ce fléau qui affecte durement le Congo, l’Afrique et les autres pays au monde.

IMG-20160717-WA0007Pour illustration, ce trafic mortifère génère par an au profit du crime transnational selon une évaluation de 2015, près de 200 milliards de dollars américains, plus que le PIB du Congo, il tue près de 800.000 personnes par an. 30% des médicaments commercialisés en Afrique relèvent de la contrefaçon contrairement à 1% pour l’Europe.

Ce trafic odieux s’attaque aux molécules les plus indispensables à la santé, notamment les anti paludiques, les antibiotiques et anti retro viraux, a déclarée le Président.

Devant un tel fléau qui menace la planète autant que les changements climatiques, il faut agir et vite, d’où cette initiative du Chef de l’État congolais, à l’instar du Fond Africa qu’il avait créé en 1986 pour soutenir la lutte contre l’apartheid et la libération de Nelson.Mandela.

Considéré comme un sage parmi les chefs d’Etat d’Afrique pour son investissement dans les grands dossiers du continent, la traduction en pratique de sa vision sur ce sujet tellement important pour l’Afrique emportera assurément la conviction de ses pairs d’Afrique et l’intérêt de la communauté internationale.

Ce projet sera davantage   assuré de succès si les congolais sans distinction s’impliquent à sa mise en oeuvre en s’appropriant et en se reconnaissant de cette initiative.

Gobrazza.com