Dossier Air Afrique : Maitre Vincent Pena Pitra, syndic liquidateur, écroué pour détournement de fond

2 années déjà
8250 Lectures
Palais-du-parlement-du-Congo-Brazzaville

Après un long combat dans son agonie, après sa mise à mort, le collectif des anciens travailleurs d’Air Afrique retrouve  l’espoir de voir ses droits devoir être payés.

L’observateur averti se demandait bien comment et pourquoi avec un passif  aussi important, vendu et qui a rapporté de  l’argent les droits des travailleurs n’ont pu être liquidés depuis lors ?

IMG-20160616-WA0000En effet, le syndic liquidateur mis en place sous la mouvance de maître Vincent  Pena Pitra était devenu le bourreau de ces anciens travailleurs pour avoir dissimulé  plus de 6 milliards de Francs CFA dont 2 résultants de la vente de l’immeuble dit Air France, en face du parquet.

En toute impunité cet ogre s’était approprié ces énormes sommes d’argent après  prélèvement pourtant de près de 700 millions de Francs CFA de frais d’honoraires à chaque recouvrement, soit un montant total de plus de 1,5 milliard de Francs CFA pour lui tout seul.

Au préjudice du collectif, 31 morts sans avoir perçus  leurs droits, ainsi que leurs ayant droit devant l’indifférence totale et l’arrogance du syndic liquidateur,  menant un train de vie ostentatoire entre Pointe Noire, Brazzaville et l’Europe.

Or ce n’est qu’un flambeur comme bien d’autres qui paradent dans nos villes, extravagants, les mains sales de leurs délits au préjudice des pauvres impétrants et honnêtes gens.

Pendant que l’on s’en prend à l’Etat, or ce sont des individus véreux sous la protection ou la bénédiction supposée ou non de on ne sait qui, posent allègrement ces actes odieux et anti sociaux, empoisonnant ainsi le climat social.

Après plusieurs plaintes et réclamations, la porte du Ministre de la justice et Garde des sceaux a été ouverte à ce collectif qui a pu faire entendre sa voix.

Devant la gravité des faits suite au récit pathétique de leur chemin de croix,  l’avocat véreux a été interpellé et sommé de s’expliquer sur la destination de tout cet argent. L’intéressé n’a pu donner de justifications crédibles et convaincantes.

Une première au Congo

IMG-20160616-WA0001Devant l’évidence de ce qui est apparu comme un détournement de fonds, une information judiciaire a été ouverte en mode flagrante et  maître Vincent  Pena Pitra a été séance tenante et immédiatement mis à la disposition du procureur de la République qui l’a placé.

L’intéressé croupit actuellement à la maison d’arrêt de Brazzaville où il va devoir répondre de ses actes.

Il s’agit d’une première dans l’histoire de la République. En effet, devant les cameras, un individu soupçonné de malversations est écroué séance tenante.
Le Ministre Pierre Mabiala vient d’innover et qu’il s’attende à d’autres dénonciations qui arriveront en cascade.

Sur ce même avocat Vincent Pena Pitra pèse l’affaire Cavesco qui à l’occasion sera très certainement évoquée.

Il y’a d’autres  » Vincent Pena  Pitra ». L’on peut se rappeler de l’affaire Okouna qui a fait couler tant d’encre et où maitre Petro s’était permis de détourner près de 800 millions de Francs CFA . En effet, maitre Mario Stasi, avocat parisien de monsieur Okouna, avait sollicité de son ami maître Petro qu’il reçoive et transmette ladite somme à son client, provenant de l’affaire qui opposait ce dernier à Magindustries du Canada.

Dans cette affaire, le tribunal de commerce avait condamné Magindustries à payer une certaine somme à Monsieur Okouna, en contrepartie de son apport en industrie pour le développement de ce projet.
L’affaire avait fait grand bruit et s’était terminée par un procès.

D’autres congolais anonymes souffrent de ce type de comportements de la part de certains avocats et notaires qui n’hésitent pas à détourner l’argent  des clients qui transite par leurs comptes des suites de règlement des affaires.

La justice et ses auxiliaires, ce grand corps d’Etat gangrené par les anti valeurs qu’il est censé combattre,  corrompu jusqu’aux os, se croyant au dessus de tous soupçons a certainement trouvé en Pierre Mabiala celui qui va mettre un coup de pieds dans cette fourmilière afin de permettre à  ce que le droit soit véritablement dit dans l’intérêt des parties, sans acception de personne.

En voilà un acte concret de la rupture prônée par la nouvelle République.

Eteya biso!

 

Gobrazza.com