La France Afrique est-elle réellement un lointain souvenir? Macron en maître d’ école à Ouaga!

11 mois déjà
1170 Lectures
IMG-20171129-WA0212

Comme il fallait s’ y attendre, les fameux médias internationaux ne diffuseront jamais les images « face B » de la visite de Macron au Burkina. Celles qui montrent la colère et la désapprobation du peuple burkinabé et les propos tenues lors de ces manifestations qui fustigent les pratiques néo colonialistes de la France que Macron s’ évertue soit disant à s’ en départir sans véritablement convaincre. Les africains qui doutent de cela ont- ils vraiment raison?

Vous comprendrez mieux pourquoi ces médias dans leur reportage sur le mini sommet sur la Libye en marge du sommet Union Européenne- Union Africaine ont oublié de citer le Congo, où pourtant il y a quelques jours une intense activité diplomatique s’y est développée à propos.

Si le renoncement à la France Afrique

s’ entend par la suppression ou le banissement de la politique paternaliste  et d’ ingérence dans les politiques intérieures des Etats, c’est mettre la poudre aux yeux des avertis.

La vrai rupture avec la France Afrique interviendra le jour où l’Afrique francophone ou toute entière aura entre autre  sa monnaie communautaire. C’est dans ce domaine là que la main mise de la France est omniprésente sur les Etats de l’ Afrique dite francophone.

Très peu se posent la question de savoir pourquoi l’Afrique est si riche mais si pauvre. Que peut la France sans le pétrole du Gabon, du Congo, et autre Angola, Nigeria, l’uramuim du Niger etc…

Pourquoi la France commerce- t- elle essentiellement avec les pays francophones d’Afrique?

Dans ces pays où règne le franc cfa garantie par la France, c’est presque un numéro de prestidigitation avec elle. En réalité achete- t- elle quelque chose dans ces pays?

On ne saurait le dire.

Ce rapport est comme celui d’un consommateur avec les sociétés de téléphonie mobile.

IMG-20171129-WA0160

En réalité c’est le consommateur qui dépense l’argent, l’opérateur ne met pas dans son téléphone de l’argent, mais juste une valeur correspondant au montant dépensé par le client.

Mais c’est lui qui determine cette valeur. C’est exactement ce que fait la France avec le cacao, le pétrole, l’uranium et autres matières premières d’ Afrique.

Il faut retenir que les Etats n’ont que des intérêts et non des amis. Quoique les présidents français fassent chacun selon sa touche, les fondamentaux de leur domination et contrôle des pays africains  resteront.

Le président Macron avec un discours plus novateur peut paraître comme celui qui fera les meilleures avancées dans la fin de la france afrique.

On.ne niera pas bien sûr les avancees significatives  à propos, faut- il encore que  cela soit suivi d’ effets palpables.

En attendant bien malin qui dira que l’attitude de Macron à Ouagadougou n’est pas la manifestation d’ une relation de dominant à dominé.

Dans les us africains,  un invité ne peut arriver chez vous et vous imposer la chambre où il va dormir.

Pourtant, Macron a choisi d’aller échanger avec les étudiants burkinabé…

Jamais un président africain n’ ira en France et imposer son auditoire en trainant avec lui le président français comme Macron l’a fait à Ouaga, avec le gâteau sur la cérise cette blague de mauvais goût. 

Sa réponse sur les questions d’ électricité à l’université était juste et suffisante, elle traduit certainement sa démarcation, mais il n’ a pu se départir de l’ esprit paternaliste avec cette blague tel un maître d’école, un donneur de leçon qui refuse de s’y reconnaître.

Voilà que Macron refuse le paternalisme et renvoit les africains à leur propre responsabilité.

Malgré cela, les hommes politiques africains et une certaine opinion de la société civile voire de la diaspora réclament toujours l’intervention de la France ou de la communauté internationale au motif de regler les comptes aux régimes réputés ou taxés dictatoriaux.

D’autres vont même à demander l’envoie des troupes étrangères comme s’ils sont devenus subitement aveugles devant les drames qui se passent en RDC.

Ici 21000 casques bleus depuis plus de 10 ans n’arrivent pas à tordre le coup à la soit disant rébellion qui s’active et

s’ endort au bon vouloir de leurs commanditaires pourtant connus mais que personne n’ interpelle.

Pourtant, il est de notoriété publique que jamais les forces dites internationales n’ont mis fin à un conflit sans la volonté des belligérants.

De même  l’on ne comprend pas pourquoi la crédibilité d’un Chef d’ Etat africain doit se mesurer à ses nombres d’ entrées à l’Elysée.

Voilà pourquoi pour certains faire rencontrer Macron à Sassou dans un couloir au détour d’une conférence internationale, prendre des selfies avec 

Macron relève d’un exploit. 

Alors que pour Macron c’est le dernier de ses soucis rencontrer un chef d Etat africain quand c’est pas une leçon qu’ il est amené à lui donner.

Il faut que ce complexe cesse avant tout dans les comportements des africains et de leurs dirigeants afin que les Etats africains aspirent à traiter d’égal à égal avec les Etats occidentaux.

À vouloir entretenir ce complexe, les pères des indépendances n’auraient jamais pu atteindre leur objectif de libération nationale…

Eteya biso!

Gobrazza.com