HÔTEL LAÏCO A BRAZZAVILLE,  LA DESCENTE AUX ENFERS!

3 mois déjà
1515 Lectures
SNJU5867

La crise économique qui sévit au Congo n’ épargne pas le secteur hôtelier qui subit de plein fouet les effets dévastateurs  de celle-ci.

Le taux d’occupation a très fortement baissé. En septembre dernier sur plus de 150 chambres, seuls 20 à  30 chambres étaient occupées et la situation allait de mal en pire.

Les tensions sociales au sein du personnel de l’hôtel  qui cumulait déjà quelques mois sans salaire se sont faites plus intenses et des mouvements de grève ont été étouffés avec l’ aide de la DGST utilisée par la direction comme épouvantail absolu, alors que l’hôtel se trouve dépourvu de toutes ressources.

La situation de l’hôtel  Laïco,  ex- méridien à ce jour est plus qu’inquiétante.

En effet, la société Régal a arrêté de le fournir depuis le mois d’ avril pour cause d’impayés de 29 millions. L’hôtel  doit également 10 millions au supermarché Mboté. De même, il a des impayés chez Bravo et chez Ragec.

Son magasin est complètement vide. Les travailleurs ont passé les fêtes sans salaires. Ils ont juste eu l’ arbre de noël.

CDCH3286

Dans cette descente aux enfers plutôt que d’etouffer les grèves, ce qui n’arrange rien rapporte un agent, pour un meilleur équilibre et paix sociale, la DGST aurait mieux fait de prendre langue avec les partenaires cités ci-dessus afin qu’ils accordent un délai de grâce à ce géant à l’agonie.

Le coup de semonce vient d’être donné par NSIA qui a suspendu leur couverture maladie.

Dans un tel tableau, ce fleuron de l’hôtellerie congolaise a ses jours comptés pour mettre la clé sous le paillasson. La descente aux enfers est inéluctable.

Cette fois ci, les travailleurs qui ont survécu au plan de restructuration ayant suivi la disparition du Méridien ont leur sort scellé à l’abîme.

Eteya biso!

Gobrazza.com