LE MINISTERE DU COMMERCE PREPARE LE LIT D’ UNE EMEUTE À BRAZZAVILLE !

7 mois déjà
560 Lectures
20180224_152951

Apres avoir sorti sa mesure visant l’interdiction des produits dont les notices ne sont pas libellées en français,  le ministère du commerce qui ne désemplit pas, a changé de stratégie.

L’ idée de départ était de bloquer toutes les boissons importées qui faisaient ombrage à celles  de Brasco, Régal et Ragec, il  faut le dire clairement.

Et ce malgré le fait que Cotecna , la douane et les services du commerce aux frontières, avaient autorisé leur entrée sur le territoire national. Le faisant, les intéressés  payaient les droits et taxes appropriés.

Pour des raisons qui ne sont connues que de ce ette opération est désormais étendue à tous les produits alimentaires qui doivent tous provenir de France ou avoir une notice en français.

Il  faut se rappeler que la Guinée Equatoriale fait partie de la CEMAC, dans le cadre des échanges, le Congo va t- il interdir les produits libellés en espagnol venus de ce pays en brandissant ce texte?

A l’ évidence, ce texte ne correspond  à aucune réalité, ni à celle de la CEMAC , ni à celle de l’OMC ( l’organisation mondiale du commerce).

A ce rythme, le marché risque de connaître une  flambée des prix. Un sac de riz de 25 kg fabriqué en France ne peut pas coûter moins de 50000 frs cfa rendu Brazzaville.

La France elle même à cause de la main d’ oeuvre  et des coups de production élevés a dû délocaliser certaines activités industrielles vers l’Asie.

La descente du directeur départemental du commerce vendredi dernier  au marché de poto poto, précédée elle même par celle du DG du commerce à la direction départementale de Brazzaville, a eu pour effet de légèrement  calmer la colère  des commerçants.

En revanche,  ils ont décidé de reporter la journée de fermeture du marché et de ne plus payer aucune amende fantaisiste. Une rencontre des représentants du marché avec le DG commerce est prévue  le 3 mars.

Toutes ces tergiversations rendent le marché fébrile avec des impacts réels notamment: Le pack de jus en boîte qui était à 6000- 6500 frs est désormais vendu à 7000- 7500frs.

Si le ministère du commerce persiste avec cette mesure visiblement contre productive et néocolonialiste sans égard pour les intérêts de la collectivité à travers les jeunes importateurs congolais qui font venir par exemple  les packs de jus de l’Angola, les kinois de la RDc  feront rentrer les leurs à 9500- 10000 frs. Les prix seront ainsi repartis à la hausse.

Or, les impôts font leurs meilleures recettes sur les 2- 3 premiers mois de

l’année.  Cette mesure  vient totalement déstabiliser le marché.

A l’observation, depuis deux semaines les ventes sont médiocres,  la collecte de

l’ impôt l’est également.

20180224_152943

Le ministère du commerce ayant décidé de frapper toute la filière alimentaire: les ampoules, le sel, l’huile, le riz, le papier hygiénique, les couches hygieniques, les résultats seront catastrophiques.

A l’ analyse des faits, on peut mettre au défi le ministère du commerce

de trouver 6 importateurs français et de France, qui peuvent alimenter le Congo en 5 produits de base: le riz, l’huile, le sel, les pâtes, le papier toilette et autres.

Il est certain qu’il n’ en trouvera aucun qui puisse offrir un bon rapport qualité -prix , qui corresponde au niveau de vie des congolais.

Qui veut fâcher davantage les congolais en flambant le marché dans une situation économique morose?.

Eteya biso!

Gobrazza.com