RDC ! L’ arroseur arrosé ! Accord sans accord, le jeu de cache cache

2 années déjà
1366 Lectures
screenshot-2017-01-04-00-24-02

L’ accord signé samedi dernier entre l’ opposition et la majorité présidentielle
n ‘a de mérite à ce jour que d’ avoir  évité ou mis en sursis  l’escalade de la violence au pays, le reste est encore sujet à caution dans une sorte de jeu de cache cache.

Etienne Tshisekedi

Etienne Tshisekedi

Malgré les espoirs qu’ il a drainés,  cet accord semble porter en lui même les germes de sa   propre destruction.

Est- ce la mauvaise foi des acteurs politiques  où les difficultés réelles à devoir aplanir les divergences autour d’ une table pour  l’intérêt général, rien n’est moins sûr.

Toujours est-il que l’opposition se réjouit d’ avoir obtenu la Primature, ce qui reviendrait à dégager Badibanga, le refus du 3e mandat et du référendum avant les élections qui devront se tenir avant fin 2017, ainsi que la présidence du comité de suivi de l’accord.

La majorité présidentielle quant à elle se felicite des avancées obtenues et dit avoir signé sous reserve d’obtenir l’ inclusivité qu’elle estime non-exhaustive.

C’est ici que se trouve  le grand piège et la mise en exergue des mêmes motifs qui ont conduit au rejet par une partie de l’opposition (le Rassemblement) de l’ accord de la cité de L’ OUA, lequel dans ses grandes lignes ne diffère de celui du 31 décembre que par les délais plus réduits, les acteurs et le cas Kabila plus clarifié.

Du point de vue de la majorité présidentielle, l’on ne peut pas parler d’ inclusivité si toutes les parties, toutes les représentativités n’ ont pas marqué leur accord (MLC et autres).?

D’un côté, une frange du Clergé conteste le monopole de l’Église catholique  sur la CENCO RDC.

En démocratie, n’est ce pas l’opinion de la majorité qui compte?

Alors en quoi l’opinion de la majorité exprimée au dialogue de la cité de L’ OUA est -elle différente ou moins importante  par principe que celle exprimée au centre inter diocésain?

Quelle est l’ unité de mesure sans
référendum de cette opinion majoritaire?

Si l’on est d’ accord que l ‘esprit de l’ inclusivité concerne la prise en compte et la participation de toutes les tendances  et mouvances politiques en Rdc, en revanche chaque partie a sa conception du contenu devant meubler cette inclusivité.

Et ceci sera sans nul doute un noeud à déverrouiller dans la mise en oeuvre de l’ accord, notamment la clause du fameux accord particulier.

A défaut de résoudre cette question, le gouvernement Badibanga restera en place aussi longtemps qu’ un compromis ne sera pas trouvé.

Le Rassemblement n’ aura qu’ à s’ en prendre à lui même, car il ne peut pas  en tout cas justifier qu’il a le monopole de la légitimité ou l’incarnation de l’opinion majoritaire dans la mesure où il avait rejeté l’ accord de la cité de l’OUA  pour les mêmes raisons ( inclusivité ).

Katumbi a quant à lui donné l’ exemple du patriotisme en acceptant que son cas ne bloque pas la signature de l’ accord.

Ayant finalement signé l’ accord pour avoir vu ses exigences prises en compte, le Rassemblement ne peut plus se rétracter pour dénoncer l’accord et appeler le peuple dans la rue.

Le Combat consiste désormais à obtenir l’ application des clauses, notamment l’ accord particulier. Or la majorité présidentielle qui n’ a rien à perdre negociera  à obtenir l’inclusivité avant d’ accéder à n’importe quelle autre clause de l’accord.

screenshot-2017-01-04-00-27-56Or,  il n’est pas certain que le MLC se rallie sans avoir obtenu la direction du comité du suivi, l’organe phare de cet accord.
Il n’est pas non plus certain que le « Rassemblement » lâche cette prise qui est fondamentale pour son combat.

On assistera à une sorte de blocage qui ne dit pas son nom, qui peut prendre des mois de négociations et cela fera l’affaire du pouvoir en place où le gouvernement Badibanga poursuivra sa route en attendant le compromis qui peut ou ne pas être dans l’immédiat.

Le Rassemblement se trouve alors pris à son propre piège et tout le temps de la recherche de la mise en oeuvre des clauses de l’accord, on assistera à une sorte de statut quo et l’ on se rapprochera inexorablement de la fin de l’année et on glissera tout naturellement vers 2018 comme prévu au forum de la cité de l’OUA.

Une chose est cependant certaine, l’ accord n’ a pas pris en compte la situation de l’ Est qui restera en ébullition même en 2018, et où le processus électoral sera incertain.

A l’approche des échéances électorales, cette zone connaîtra assurement une activation des milices à la solde de leurs maîtres en contour caché qui reclameront l’ autonomie,  que le pouvoir central ne pourra evidemment pas accorder, ainsi le brasier demeurera.

Le Rassemblement en arroseur arrosé assistera impuissant à cette nouvelle épisode de la pièce de théâtre RDC, et le jeu de cache cache se poursuivra à la grande désolation du peuple congolais.

Eteya biso!

Gobrazza.com