Le restaurant Mami Wata en danger!

8 mois déjà
4899 Lectures
Restaurant Mami Wata

Il semble que le restaurant Mami Wata s’ apprête à mettre la clé sous le paillasson. La concurrence du Radisson qui est à côté  lui aura été fatale.

Restaurant pittoresque, situé au centre ville, s’ étalant majestueusement au bord du fleuve Congo sur deux hectares au moins,Mami Wata ( la sirène des eaux en dialecte local), est  l’ un des fleurons de la gastronomie brazzavilloise.

La réunion de l’ annonce du plan de licenciement tenue hier sur le site du restaurant a été vécue comme un marteau qui tombait sur la tête des travailleurs lesquels ne savent pas à quel saint se vouer.

Existe-t-il une option de réduction de salaire, ou le licenciement s’offre-t-il comme l’ultime solution?

Au regard des données en présence, ces travailleurs vont aller sans nul doute grossir les rangs des chômeurs et de la grogne sociale latente.

Même si Unicongo l’ organisation du patronat interprofessionnel congolais avait tiré sur la sonnette d’alarme en annoncant une baisse de 32% du chiffre d’ affaire des entreprises au 1er trimestre de 2016, et des prévisions plus alarmantes pour 2017, l’on ne  s’attendait pas à ce que ce « tsunami » atteigne aussi rapidement le secteur de la restauration.

Radisson Blu

Restaurant de l’hotel Radisson Blu – Brazzaville

                                                              

Il sied également de se demander  si ce n’est pas une des conséquences de l’ agression fiscale des opérateurs que mène la Direction Générale des Impôts.

Mami Wata appartient à monsieur Serge Mouyi, le patron de Syelec. Ce dernier dispose tout de même de très bonnes entrées auprès de l’homme fort de Mpila.

Il est important de retenir que le restaurant  Mami Wata est fiscalement taxé dans la catégorie des grandes entreprises.

La DGID ne lui aurait pas asséné un coup de massue insupportable ?

Devant cette liquéfaction de ce qui reste  des services susceptibles de payer les impôts afin de renflouer les caisses de l’ Etat, il faut reconnaître que sans production, aucun résultat probant n’ est possible.

Il est temps pour les congolais de se rendre à l’ évidence que la crise s’est déjà véritablement installée et elle risque d’ emporter tout le monde.

Il faut donc cesser de rêver et, vite changer de comportements à tous les niveaux  pour les adapter à la nouvelle donne d’ austérité.

Eteya biso !

Gobrazza.com