LA REUNION DE BRAZZAVILLE SUR LA LYBIE EST ELLE UN ECHEC?

1 mois déjà
602 Lectures
Photo-de-famille-de-la-réunion

A s’ en tenir à ceux qui prennent les choses au 1er degré, on pourrait effectivement parler d’un échec au regard de l’absence du général Ouftar l’ une des parties belligérantes qui a défrayé la chronique, faisant ainsi rater les chances d’ un rendez vous d’ espoir devant mettre fin aux déchirements du pays et abréger les souffrances du peuple lybien.

Mais en réalité pour bien repondre à cette question, il faut plutôt se poser celles- ci: Qui a brulé la Lybie? Pourquoi a t- on brûlé la Lybie?

Qui entretien les différentes factions au Conflit?

En répondant à ces questions, l’on peut plutôt se rendre compte que ce sommet a eu l’avantage, pour l’Afrique de se réapproprier la résolution des conflits africains.

Le président Sassou preside un comité mis en place par l’ Union Africaine. Qu’est ce qu’il faut encore à ce comité pour porter le fameux costume de communauté internationale?

Ceux qui contestent ce rôle au chef de l’État congolais, au delà de sa simple personne valident l’hégémonie des prédateurs de l’ Afrique, les mêmes qui ont completement ignoré les propositions de sortie de crise faites à l’époque par l’UA.

Mais comme le sort de Kadhafi était déjà scellé, la coalition internionale qui soutenait les rebelles ne l’ a pas entendu de cette oreille. Le président Deby du Tchad dira plus tard que ceux qui ont aidé à détruire la Lybie n’ont pas assuré le service après vente.. et c’est ce qui explique la déliquescence actuelle de ce pays.

L’ initiative de l’ U.A dans la recherche de solution pour  la crise lybienne  à travers ce comité est très louable.

Mais, la réunion sur la Lybie pouvait- elle connaitre de succès lorsque la guerre de leadership fait rage au sein des dirigeants africains qui l’ont séché par leur absence?

Cette attitude valide non seulement ces guerres d’ influence, mais aussi et surtout ôte du crédit à l’action de l’ union africaine.

Pourtant, chacun sait que pour réussir une telle opération, il faut avoir la caution de la communauté internationale qu’ il faut plutôt appeler communauté occidentale.

C’ est cette communauté occidentale qui ne veut pas des dirigeants forts en Afrique, capables de décider sans elle du destin de leurs pays respectifs et de l’Afrique en général. Ils ont besoin des dirigeants faibles, malléables et à leur dévotion.

Ph

Au demeurant, il y’ a eu des dirigeants forts comme les Houphouet, Bongo père et autres, qui n’ont pas eu le même sort tant qu’ ils faisaient leur volonté. Mais d’ autres   hommes forts comme Mobutu on eu leur honneur livré aux chiens tant qu’ il n’ entrait plus dans la logique de cette fameuse communauté occidentale.

Il n’est un secret pour personne que la France n’est pas en odeur de sainteté avec le président  congolais Denis Sassou- Nguesso avec lequel elle joue au chat et à la souris.

Les motivations ne sont pas toujours connues du citoyen congolais  lambda, elles sont plus profondes que celles que l’on véhicule ci et là, devenues des refrains sur les réseaux sociaux. 

Sinon, comment comprendre que pendant que le haut comité pour la Lybie s’entreprend à préparer les conditions pour un dialogue entre frères lybiens ennemis, la France dans une sorte d’intrusion convoque à Paris les principaux acteurs de la crise lybienne sans égard pour le haut comité mis en place par l’ Union Africaine?

Mais malheureusement, on trouve des africains pour applaudir cette démarche.

Que faut-il encore pour comprendre ce geste qui est un camouflet pour le président Sassou, mais en réalité à l’Afrique toute entière qui lui a confié ce mandat.

Il ne revient pas à la communauté occidentale d’ apprécier pour le compte de l’Union Africaine les dirigeants de son continent, comme elle ne le fait pas pour les dirigeants occidentaux prédateurs, homosexuel ou tonitruants etc…

L’ on sait aussi que c’est la France de Sarkozy qui a participé  à  brûler la Lybie. Les intéressés n’ont aucun compte à rendre, ni au peuple lybien ni à l’ Afrique pour avoir rendu ce pays exsangue, mais on s’ en prend, on torpille  à ciel ouvert les efforts de ceux qui veulent trouver des solutions pour résorber cette crise.

Y a -t-il autre meilleure preuve pour comprendre qui est le véritable ennemi de la paix en Lybie?

On sait également que ce pays dispose 

d énormes reserves pétrolières. On sait surtout que les différentes fractions en conflit sont impliquées  dans le trafic du pétrole, à l’instar de celui du coltran en RDC et autres pierres precieuses en Centrafrique et au Mali.

Pour ces raisons, l’ on comprend mieux pourquoi ces pays, les régions de ces trafics sont en ébullition. Il faut que ces zones soient perpetuellement troubles pour permettre tous ces trafics et surtout aux puissants lobbies qui les organisent d’ en tirer tout le profit.

Si l’on y prend pas garde, la Lybie connaitra le sort de la RDC où tous les maraudeurs viennent se servir de la charogne laissée par les carnassiers…

En tout état de cause, tous les belligérants manipulés ou non finiront par adherer à la démarche africaine qui demeure constante et saine depuis l’enclenchement de ce conflit, au delà des hommes.

La réunion de Brazzaville à defaut d’avoir pu réunir tous les acteurs impliqués dans la crise lybienne aura le mérite d’être celle de tous les espoirs…

Eteya biso!

Gobrazza.com