Sassou-Nguesso attendu sur un pied de guerre à Paris!

5 mois déjà
1981 Lectures
IMG_2688

Le président Sassou- Nguesso se rend à Paris en France cette semaine pour participer au sommet sur le climat le 12 decembre à la seine musicale aux portes de Paris, marquant le 2e anniversaire de la Cop 21, avec la participation de l’ONU et de la Banque Mondiale.

Jamais un voyage du président en France n’ aura été aussi controversé que celui-ci.

De même, la situation économique actuelle du Congo n’a jamais été aussi chaotique, ce qui naturellement provoque des réactions de toutes sortes chez les congolais.

Il y a d’ une part les politiques qui ont trouvé l’ occasion d’ assener des coups au pouvoir en place, des honnêtes congolais préoccupés par leurs lendemains, et d’autre part, une certaine opinion des congolais de l ‘etranger qui fait de l’amalgame entre haine, intolérance, esprit revanchard, ressentiments et revendications légitimes pour un Congo meilleur et prospère.

IMG_2689

Cette opinion se conforte dans sa démarche par le fait que Sassou n’ a pas encore été reçu à l’Élysée comme si cela était une fin en soi ou un baromètre de la crédibilité des chefs d’ Etats africains.

Pendant que Macron en visite recemment en Afrique s’ est obstiné à rejeter les relations paternalistes avec les pays des anciennes colonies françaises, certains congolais comme frappés par une maladie incurable, continuent d’en faire un repère, s’identifier et s’en remettre à la France afin de régler les problèmes internes au Congo.

Quelle gloire tire-t-on à se mobiliser et s’organiser pour crier haro sur le président, oubliant par là que toute autorité établie doit être respectée en tant que telle.

Ce triste spéctacle qui n’ honore ni ses auteurs ni le pays, ne sert qu’à humilier les autorités nationales, exposer le pays et l’affaiblir. Après tout, comment peut-on encore être surpris par le peu de crédit qui est accordé au Congo.

En tout état de cause, et quoiqu’il arrive, les agitations et autres grimaces orchestrées par une certaine diaspora en France ne changeront en rien la situation au Congo, les vrais combats doivent se mener sur place et non avec des hauts parleurs à l’ étranger.

Mais qu’ à cela ne tienne, la situation actuelle du pays commande que ses honnêtes fils, les patriotes s’impliquent pour composer au besoin dans leurs différences et leur diversité pour voler à son chevet.

Ceci veut dire qu’ il faut taire les querelles pour donner la priorité au Congo.
Ainsi, en cette période de fin d’année, le Chef de l’ Etat est interpellé pour se mettre toujours au dessus des passions afin de créer les conditions d’ un apaisement, d’une décrispation sur tous les plans.

Le génie congolais a montré que le pays a toujours su se relever tout seul de ses meurtrisures et de ses conflits.
2018 peut être dans cet optique une année de tous les espoirs pour vaincre l’adversité tout azimut et rassurer le peuple en ces temps d’ austérité.

Par ailleurs, cette démarche constructive, conciliante à tous points de vue doit s’ accompagner d’une clarification et meilleure maîtrise de la situation politique et sécuritaire troublée ces derniers temps par les rumeurs de coup d’ Etat avéré ou non.

On espère cette fois-ci connaître les tenants et les aboutissants de ces fameux coups d’ État qui traversent l’histoire du Congo tel un mode de vie, une expression politique, un moyen de renverser l’ordre établi, défaire les Chefs, écarter les opposants, ou une menace pour la sécurité nationale.

IMG_2690

Il faut retenir que le coup d’ Etat est l’infraction dont seule la tentative est punissable.
A ce titre, elle laisse une telle ouverture à tous les comploteurs au point où les vrais s’ en tirent toujours à bon compte et dans une sorte de nébuleuse, continuent de se cacher laissant ainsi planer comme une épée de damoclès sur le pays, le spectre du complot.

Le Congo a besoin de renaître par une sorte de refondation avec l’implication de tous ses fils en disant non aux anti valeurs, à la haine, l’égoïsme, au radicalisme, au tribalisme, en renonçant pour toujours à l’injure et à la guerre…

Eteya biso!

Gobrazza.com