LES SOCIÉTÉS BRASCO ET REGAL FLAMBENT LES PRIX DES PRODUITS ET BOISSONS SUR LE MARCHÉ A BRAZZAVILLE.

3 mois déjà
553 Lectures
WhatsApp Image 2018-04-05 at 01.20.18
Les mesures contreproductives, contraires aux intérêts nationaux prises  par le ministère du commerce, notamment l’interdiction de la vente des produits dont les notices ne sont pas libellées  en francais sont entrain de provoquer un effet désastreux sur le marché avec la flambée des prix. L‘observateur averti estime que cette mesure vise plutôt à favoriser les gros importateurs patentés comme Brasco, Regal et park’N Shop.
Les commercants restent pétrifiés, puisque pour les extorquer facilement, le ministère du commerce  a criminalisé leur activité, en leur  faisant croire que tout ce qu’ ils importent est interdit.
Le marché ayant été vidé de ces produits venus entre autre d’Angola,  ces gros importateurs se retrouvent seuls à fournir les boissons, et c’est là où leur capacité de sous production s’est révélée au grand jour.
WhatsApp Image 2018-04-05 at 01.20.19
Aujourd’hui, ils sont soit en rupture, soit leur offre est largement insuffisante et ne  peut alimenter correctement le marché congolais.
En conséquence: le pack de jus brasco de 25 cl qui était vendu à 2350-2400 frs est aujourd’hui vendu à 2500frs. Ce qui veut dire que chez les détaillants à la cité, il est passé à 3000 frs.
Quand Régal était le seul fournisseur sur le marché, il vendait le pack de boisson  Red Bull à 22000 frs. Quand celui de
l’ Angola est entré au prix de 14000 frs,  il a dû baissé le sien à 15000 frs.
A ce jour, avec la bénédiction du ministère du commerce et ayant réussi à effrayer les jeunes débrouillards congolais qui importaient la boisson Red Bull du Cabinda, Régal vient d’ augmenter de nouveau le prix de son pack à 18000 frs.
De façon tout à fait intolérable, et en violation flagrante de toutes les règles de la concurrence et du marché libre, les indiens de Régal et Park& Shop, assurés du soutien du ministère du commerce, se permettent même d’entrer dans les boutiques du marché de Poto poto,  menaçant de  livrer leurs tenanciers aux agents du commerce, s’ ils n’ achètent pas  les marchandises chez eux, en ce qui concerne les boissons importées comme Red Bull, Savana et autres.
WhatsApp Image 2018-04-05 at 01.20.19 (1)
Par ailleurs, la boîte de lait nido de 900gr coûte désormais 5250- 5500frs au lieu 4750- 5000frs.
Face à ces mesures qui pénalisent le consommateur et devant l’incapacité de l’Etat à se mettre réellement au diapason des préoccupations de la cité en protégeant et préservant à un seuil tolérable leur pouvoir d’achat, les commercants ont diminué leurs importations, ou ont carrément arrêté d’importer.
Conséquences immédiates: Bollore  a licencié 115 personnes, au niveau du port de Pointe-Noire, à la fin du mois de mars, d’où un ralentissement inquiétant des activités.
 Screen Shot
Aujourd’hui, on assiste au niveau de la douane, au bureau du port à quelque chose d’ inédit: moins de 10 dossiers sont traités par jour, c’est incroyable.
Pour revenir à la mesure édictée par le ministre du commerce qui peut sans exagérer être  assimilé à un acte de sabotage de l’économie nationale, disons que sur toute la ligne  tant pour le commerce international, l’intégration sous régionale prônée par la CEMAC, que pour l’intérêt des consommateurs congolais, rien ne le justifie.
Pour illustration:Dans le commerce international, lors de l’ entrée des marchandises sur le territoire d’un pays donné, le document de voyage de ces marchandises s’appelle le connaissement, l’équivalent du passeport pour les hommes. En anglais, 
on dit B/L ( bill of landing ), et tous les connaissements sont rédigés en anglais.  Même pour les marchandises venant de France. 
Alors le ministre congolais du commerce va t- il changer les règles du commerce international en demandant aux français de rédiger les B/L en francais, pour les marchandises venant directement sur le port de Pointe- Noire?
Soyons raisonnable!
Eteya biso!
Gobrazza.com