USA – CHINE, SASSOU- NGUESSO AVAIT VU JUSTE!

8 mois déjà
1204 Lectures
20171109_115825

Le monde entier a assisté ces jours-ci en direct comment les USA et la Chine ont enterré la hache de la guerre économique .

En effet, le Président des USA s’est rendu en visite officielle en  Chine, visite soldée par des mirobolants accords et  contrats commerciaux juteux de plus de 250 milliards de dollars. (Energie, automobile, aéronautique et autres domaines).

Qui dit mieux!
Pourtant, certaines langues y compris en occident avaient accusé le président Sassou-Nguesso de  vendre le pays aux chinois.
Sassou très pragmatique, avait vu juste avant quiconque au sortir de la guerre du 5 juin 1997.
Dans un pays ruiné par la guerre, il lui fallu faire preuve d’initiative et de dynamisme pour amorcer un nouveau départ.
En 10 ans de coopération économique étroite et soutenue avec la Chine, d’immenses progrès ont été enregistrés, et à vue d’ oeil, plus que ce que le pays n’ a connu en 50 ans d’ indépendance.
Même si l’on peut critiquer certains choix, ce n’est pas faute d’ avoir osé. Le pays au delà des critiques acerbes en tire aujourd’hui les bénéfices.
En réalité, le problème congolais  se trouve non pas seulement dans certains choix jugés hasardeux, mais bien plus  dans la mise en oeuvre de cette coopération avec les entreprises chinoises où, le phénomène des surfacturations ou marchés fallacieux de gré à gré qui ont visiblement englouti et évaporé plusieurs milliards de dollars à des fins très probablement inavouées.
20171109_121315
C‘est plutôt cela qui fâche l’opinion nationale que bien moins la coopération avec la Chine qui a toujours été d’un apport important pour le développement du Congo.
 
Sassou Nguesso  avait bien compris que seuls les beaux yeux des occidentaux n’ allaient pas sortir le Congo de la  difficile situation d’ après guerre.
Il fallait donc faire d’ autres choix, et en avoir le courage.  Il a osé avec la Chine.
Aujourd’hui Donald Trump du haut de toute la grandeur, la puissance  et la splendeur des États-Unies, quoique sulfureux et très critique envers la Chine a lui aussi choisi le pays de Mao ze Dong pour activer et sceller d’importants accords commerciaux. Qui est dupe?
20171109_115050
Cette attitude ne traduira jamais mieux l’assertion selon laquelle, les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts…
Eteya biso!
Gobrazza.com